Culturel Projet personnel

Les oubliés de l’après-guerre

Marie-Pier Deacon, Mont Notre-Dame 17 décembre 2018

Synopsis

Source : Kino

J’ai regardé ce film pour la première fois il y a 2 ans et je dois dire qu’après l’avoir réécouté aujourd’hui, Land of Mine, ou Under Sandet en danois, était et est encore à ce jour un très grand coup de cœur et qu’il restera probablement dans mes films préférés pour un long moment. Réalisé et scénarisé par Martin Zandvliet, ce film est un drame historique racontant l’histoire d’environ 2000 Allemands qui ont dû, le lendemain de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, partir au Danemark pour enlever toutes les bombes sur la côte ouest du pays. Nous suivons un groupe de jeunes garçons, âgés entre 14 et 19 ans, qui ont pour mission de désamorcer 45 000 bombes sur une plage semblant innocente. 

L’évolution des personnages

Ce qui est probablement le plus beau dans ce long métrage danois est l’évolution psychologique des personnages. Avec des jeux d’acteurs impeccables, les jeunes garçons, plus précisément Sébastien (joué par Louis Hofmann), et le sergent Danois Sasmussen (joué par Roland Moller) développent une relation  qui a démarré par beaucoup de racisme et de violence envers les jeunes. Les pertes humaines rapprochent chacun d’entre eux, et la difficile tâche des adolescents laisse place à un peu de compassion du sergent. J’ai adoré voir ces personnages, auxquels on s’attache tant, évoluer de la sorte, mais c’est un film qui est par moments difficile à regarder, car il est parfois complexe de comprendre cette haine envers des enfants.

Source : The Hoya

 

 

L’équilibre entre les scènes

Source : Quinlan

Ce qui fait de ce film un chef-d’oeuvre est le mélange entre les moments de tension intenses et ceux d’émotions, car ils sont très bien dosés. L’histoire est tout simplement magnifique. Il est vrai que regarder quelqu’un désamorcer une bombe est pénible, mais tout est en équilibre dans ce récit, entre leur vie dans la cabane de bois, leurs difficultés, leurs relations, la vie solitaire du sergent et bien sûr leur malheureux travail.

La beauté du film

C’est un long métrage qui dégage une beauté surprenante. La musique, faite par Sune Martin, est choisie pour des moments très propices et est restée ancrée dans ma tête pendant longtemps tellement la mélodie était sublime. Les prises de vue m’ont éblouie avec la surprenante plage du Danemark, ses dunes, la maison solitaire et la route menant je ne sais où. Il serait long de nommer toutes les raisons du pourquoi j’adore ce film. Land of Mine a été nominé aux Oscars en 2017 et se retrouve sur Netflix. Je lui donne une cote de 9,5/10. Je le recommande pour tous ceux qui sont intrigués par la période de l’après-guerre et qui sont prêts à avoir les larmes aux yeux. 

 

 

Marie-Pier Deacon Mont Notre-Dame
Finissante au Mont, je vous présente des critiques de films étrangers pour mon projet personnel. […]