Actualités Projet personnel

Itinérant, pas différent pour autant

Collaboration spéciale, Mont Notre-Dame 22 janvier 2019

Salut! Je suis Juliette Fucina, une élève de secondaire 5 au Mont, et cette année j’ai décidé de faire mon projet personnel sur un sujet qui me tient énormément à coeur; l’itinérance. J’adore en apprendre davantage sur le monde qui m’entoure et faire de petites différences, un geste à la fois. J’espère vous inspirer avec mon article!

 

L’idéal de notre société peut parfois être bien loin de la réalité de certains individus; c’est le cas des itinérants. Alors que le regard de notre population n’ose jamais rencontrer le leur, ils se battent tous les jours contre les stéréotypes. Alcoolique, toxicomane, ce n’est pas le cas de tous. En effet, la perte d’emploi, la violence et les abus dans les milieux familiaux sont ceux qui apparaissent en première place, en ce qui concerne les causes de cet enjeu grandissant.

Le temps passe et leurs journées se ressemblent; froid glacial l’hiver, chaleur insupportable l’été. C’est auprès des différents organismes, qu’ils essaient de se ressourcer.  Dans les dernières années, le réseau de travailleurs de rue ainsi que les différentes organisations ont été grandement améliorées, permettant à ceux dans le besoin, de trouver un peu de réconfort. Plusieurs de ces organismes accueillent pour une nuit, proposent des repas gratuits et encore mieux, vont à la rencontre de ceux qui, par pudeur, n’osent demander de l’aide. Ils offrent un lieu d’échange, une oreille attentive et de la chaleur humaine. 

Malgré l’aide apportée par ces gens de métiers, les conséquences de l’itinérance seront malheureusement toujours présentes. La santé de ces gens est affectée, tous les jours, par la vie de sans-abris. Le manque de soutien ainsi que le fait qu’ils soient laissés à eux-mêmes, peut créer des problèmes de santé mentale. Selon les dernières analyses, on estime que 30% à 50% des itinérants vont développer un trouble mental suite à leur réalité d’itinérance. La santé physique est, elle aussi très affectée; hypothermie, carence nutritive, coups de chaleur, infections. Cela fait parti de ce quotidien où il y a peu de place pour l’hygiène. Malgré tout cela, ce qui affecte le plus les itinérants est l’injustice social. Cette façon avec laquelle, inconsciemment, on les laisse de côté. En dépit de la bonne volonté de certains, nous sommes trop souvent pris par la peur, les laissant eux, sans l’ombre d’un regard ou d’un sourire.

Vous ne le savez peut-être pas, mais lorsque vous leur souriez, les saluez ou encore lorsque vous leur donnez les quelques sous qui traînent dans votre poche, vous faites leur journée, et vous leur permettez d’exister. Prenez le temps de leur dire bonjour ou de prendre de leurs nouvelles, on ignore souvent la vraie raison pour laquelle ils en sont rendus-là. Arrêtez-vous le temps d’un instant, pour penser à la dernière fois où vous avez eu peur de ne plus jamais manger. Il n’y a rien comme la compassion pour unir un monde.

Collaboration spéciale Mont Notre-Dame