Mieux-être Société Vie scolaire

Un nouveau pacte?

Marie-Jeanne Lépine, Mont Notre-Dame 27 février 2019

Le 22 février dernier se déroulait, à Montréal, le premier forum sur le climat et l’écoresponsabilité à l’école. Accompagnées de Rémi et Mélanie, deux élèves et moi-même étions présentes à cet événement d’envergure, nommé La planète s’invite à l’école. Au cours de la journée, des gens inspirants ont foulé la scène du Collège Regina Assumpta, où avait lieu cette journée. Plusieurs personnes sont venues nous parler des façons de rendre les écoles plus écoresponsables. Au total, le forum comptait plus de 750 participants et une centaine d’organisations scolaires, publiques ou privées, du primaire à l’université.

Déroulement de la journée

Nous sommes arrivés vers 8 h 30 à Montréal. L’école était très animée, plusieurs kiosques se trouvaient sur l’étage. On pouvait trouver un photobooth, des kiosques avec des informations, des organismes visant l’écoresponsabilité des écoles, etc. Après avoir fait le tour, nous avons été invités dans la salle Marguerite-Bourgeoys, où nous avons passé le reste de la matinée. La rencontre était animée par Maude Carmen et Willy B. Rose, et plusieurs personnes sont venues nous parler, en commençant par Hubert Reeves, un astrophysicien, communicateur scientifique et écologiste. Laure Waridel, écosociologue, est ensuite venue, suivie de 8 panélistes (étudiant(e)s du primaire, secondaire, cégep et université, un professeur, une activiste innue, un conseiller de ville et le directeur général de Québec et Atlantique / Fondation David Suzuki). Juste avant d’aller dîner, des signataires du Pacte pour la transition (Julie LeBreton, Catherine Brunet, Vincent Graton et Dominic Champagne) sont venus nous inciter à faire de même. Cet avant-midi fort intéressant a été ponctué de numéros artistiques dont une danse des élèves du Collège, un slam et L’hymne à la beauté du monde, interpétée par plusieurs artistes connus (Gaële, Alfa Rococo, Amylie, Antoine Gratton et Émile Bilodeau). Après le dîner zéro déchet, une manifestation créative a été organisée au gymnase, puis un numéro d’humour de Colin Boudrias-Fournier nous attendait. Le pacte de l’école québécoise a été signé.

Le pacte de l’école québécoise

Ce pacte s’adresse aux dirigeants et décideurs du monde de l’éducation et les engage à réduire leur empreinte écologique.

Des solutions doivent être mises en place dès maintenant, sinon il sera trop tard.

Selon les jeunes, les 5 solutions qui seraient les plus efficaces sont:

  • Instaurer un système de compost et de recyclage autre que le papier dans les cafétérias;
  • Bannir la vente de bouteilles d’eau et de plastique et installer des systèmes efficaces pour remplir les gourdes réutilisables;
  • Construire des écoles vertes;
  • La présence de cours d’éducation à l’écocitoyenneté.

Chez les adultes, les 5 solutions sont:

  • La gestion des déchets selon les 4 R : Réduire, Réutiliser, Recycler, Repenser;
  • Inscrire des attentes environnementales dans les règlements de l’école à respecter (pour les élèves, le personnel et les fournisseurs);
  • Inscrire des valeurs environnementales dans les règlements de l’école à respecter (pour les élèves, le personnel et les fournisseurs);
  • Une politique alimentaire plus écoresponsable (couverts réutilisables, repas végétariens, etc.);
  • Promouvoir l’engagement des élèves et du personnel dans des activités écoresponsables.

Le pacte a déjà été signé par le directeur du Collège Regina Assumpta, la directrice générale de la Fédération des écoles privées et le directeur général de la Fédération des commissions scolaires.  Vous pouvez lire tous les détails de ce nouveau pacte ici

Il est temps d’agir

Le temps presse. Nous devons agir tout de suite. En ce moment, le réchauffement planétaire est évalué à moins de 1,5 degré. Selon les experts, il est encore temps de nous rattraper. Les conséquences, si jamais nous en allions à dépasser les 2 degrés, seraient désastreuses. Notre parole à nous, les jeunes, elle compte. Nous devons mettre de la pression sur le gouvernement et les gens responsables de nous pour les inciter à agir eux aussi.

La cafétéria est responsable de plus de 75% des déchets d’une école.

Nous sommes capables de changer ça, de la rendre plus écologique. Les solutions existent. Nous devons les mettre en action. Si nous nous mettons toutes ensemble, nous pouvons rendre notre école plus écoresponsable.

Comment faire?

Voici une liste de solutions simples qu’il faudrait commencer à appliquer:

  • Apporter des lunchs zéro déchet (plats réutilisables, élimination des boites de jus Oasis, barres tendres emballées, ustensiles de plastique, produits suremballés, etc.);
  • Réutiliser nos cahiers d’année en année (enlever les pages utilisées);
  • Rapporter chez nous notre compost et notre recyclage;
  • Boycotter les produits suremballés;
  • Cuisiner plus (faire le dimanche des biscuits, muffins, barres tendres et craquelins maison pour la semaine);
  • Utiliser les transports en commun;
  • Acheter nos vêtements en friperie ou les échanger avec nos amies;
  • Mettre de la pression sur nos enseignants et la direction pour rendre la cafétéria et nos cours plus écologiques (plus de documents sur Internet, avoir accès à des bacs de recyclage et de compost);
  • En parler autour de nous, signer le pacte pour la transition (ici).

En conclusion, merci à Dominic Vézina, organisateur de cette magnifique journée. J’espère que nous arriverons à nous mettre tous ensemble pour lutter contre les changements climatiques. Nous les verrons. Nous serons victimes des conséquences de notre inaction. Nous devons agir tout de suite. C’est maintenant que ça se passe. Parlons-en. Participons aux projets et aux manifestations. Comme l’a dit Boucar Diouf : «Ce n’est pas la Terre que nous devons sauver. Elle a connu des crises pires que ça. C’est l’humanité que nous devons sauver.»

Marie-Jeanne Lépine Mont Notre-Dame
Salut! Moi c’est Marie-Jeanne! Je suis une fille qui est toujours pleine d’énergie et qui […]